Durant son exil, «Bah Oury recevait 2000 euros par mois», selon Ousmane Gaoual

Bah Oury, qui se réclame toujours vice-président de l’UFDG malgré son exclusion, s’est senti abandonné par les responsables de son parti. Dès son retour à Conakry, l’ancien ministre de la Réconciliation nationale a cité nommément des personnalités qui sont impliquées pour faciliter son retour au bercail, ignorant Cellou Dalein diallo.

Le député Ousmane Gaoual Diallo estime qu’en faisant une telle déclaration, Bah Oury se montre “ingrat” vis-à-vis de l’UFDG : “Tout ce qui a été fait à l’intérieur du parti pour lui venir en assistance, il aurait pu prendre de la hauteur et remercier les gens pour ce qu’ils ont fait pour lui. S’il ne les remercie pas, c’est tant mieux. Les gens ne s’attendent d’ailleurs pas à ce qu’ils soient remerciés parce qu’ils n’ont fait que leur devoir”.

“Bah Oury a oublié de citer l’ensemble des acteurs de l’UFDG qui l’ont soutenu financièrement, matériellement, moralement. On peut publier la liste de l’ensemble des assistances qu’il a reçues de l’UFDG, des responsables du parti, y compris Cellou Dalein Diallo”, prévient l’honorable Diallo dans un entretien à VisionGuinee.

“Bah Oury était-il abandonné en exil ?”, se demande l’opposant qui a publié un message sur sa page Facebook ce mercredi. “L’ancien vice-président Bah Oury a, depuis 2011, reçu au moins 2000€/mois (soit un équivalent de 3000$/mois à l’époque) jusqu’au mois de septembre 2015”, révèle Ousmane Gaoual Diallo, précisant qu’il ne parle de l’assistance financière que l’ex numéro 2 de l’UFDG a reçue des fédérations et du président du parti.

Mais selon Saliou Diallo, proche parmi les proches de Bah Oury, les propos du député Ousmane Gaoual Diallo relèvent du “pire mensonge”. “J’ai eu un débat chez Jacques Roger Show avec le même député. Il faut qu’on arrête de mentir de la sorte. Ce n’est pas sérieux. Ce que M. Ousmane Gaoual Diallo dit est très grave. Qu’il arrête de diffamer les gens”, a coupé court le bras droit de l’ancien ministre de la Réconciliation nationale.