Journée mondiale de la liberté de la Presse 2016:  en Guinée, les journalistes partagés entre espoir et regret

 Les journalistes guinéens, à l’instar de leurs confrères du monde, ont  célèbré ce 03 mai 2016, avec espoir que dans les années à venir, la liberté de la presse, telle déclarée par les Nations unies (NU) en 1993, sera plus respectée par les autorités, vu la volonté affichée de celles-ci en matière de respect des droits de la presse.

La presse écrite et celle de l’audiovisuelle s’accoutument au fil du temps, avec les réalités politiques, économiques, sociales et culturelles du pays. Ce, dans le but d’informer les citoyens et permettre aux décideurs de connaître dans l’ensemble, ce qui va et ce qui ne va pas.

Le 03 mai a été proclamé ‘’Journée mondiale de la liberté de la presse’ par l’Assemblée Générale des NU en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième Session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhock sur le pluralisme et l’indépendance des médias.

Ainsi, dans le rituel classement annuel des médias du monde de Reporters Sans Frontières (RSF), la Guinée se retrouve en cette année, 108è pays sur 180. Contrairement à son rang de 2015, où elle était classée 102è, soit une progression de -6 entre 2015 et 2016.