Hausse du prix du carburant en Guinée: les syndicats durcissent le ton

Suite à la grève déclenchée ce mercredi 04 juillet 2018 par l’inter-central CNTG-USTG pour s’opposer à toute augmentation du prix du litre du carburant à la pompe, le gouvernement a convié en fin de matinée le syndicat et le patronat à une rencontre en vue d’ouvrir des négociations sur les mesures d’accompagnements. Une rencontre qui n’a pas permis la suspension de la grève depuis ce matin.

Visiblement déçus de l’attitude du gouvernement qui selon eux n’a  pas respecté les clauses de l’accord de 2018 relatif à la fixation des prix  des produits pétroliers, les syndicats ont  déposé un document au gouvernement. Ensuite, ils ont réitéré leur position face à cette augmentation. « Nous sommes prêts à venir sur toute table de négociation à partir du protocole du 19 février 2016  qui stipule que les parties doivent se concerter de la nécessité d’augmentation à la hausse ou à la baisse du prix du carburant », a déclaré Mamadou Mansaré de l’UGTG. Mais avant toute négociation, le gouvernement doit ramener le prix du litre à 8.000 GNF à la pompe exige le syndicaliste.

Au cours d’une conférence de presse tenue, mardi, à Conakry, le ministre des hydrocarbures a annoncé que ce sont les partenaires de la Guinée qui ont demandé au gouvernent de réparer les dérapages économiques. Selon l’Etat guinéen veut également mettre fin à la subvention des produits pétroliers. C’est qui explique cette augmentation qui sera suivie par des mes mesures d’accompagnement martèle Diakaria Koulibaly.

Espacefmguinee.info