Sidya Touré : « La cour constitutionnelle ne relève pas de la présidence »

Au lendemain de la publication du décret portant confirmation de Mohamed Lamine Bangoura à la tête de la cour constitutionnelle, les réactions se multiplient aussi bien dans les rangs de la société civile que de la classe politique.  Sidya Touré, leader de l’Union des Forces Républicaines est parmi ceux qui sont  très remontés contre le décret. Il estime qu’il y a une volonté d’éliminer toutes les institutions. Il ajoute que ce décret pris par le président de la République confirmant Mohamed Lamine Bangoura est juridiquement et politiquement inacceptable.  « Je condamne cet acte. Nous ne sommes pas d’accord avec cette façon de faire. La loi, c’est loi; la cour constitutionnelle ne relève pas de la présidence de la République. Même si Kéléfa Sall avait volé de l’argent, si ce n’est pas la cour suprême qui l’enlève conformément à la loi, l’acte posé n’a pas de valeur », indique le Haut représentant du chef de l’État dans les «Grandes Gueules » de ce jeudi 4 octobre.
Le président de l’UFR affirme que son parti sera parmi ceux qui vont lutter contre la déstabilisation des institutions de la République. Il compte envoyer des émissaires à la réunion des Forces Sociales de Guinée, prévue ce soir, pour définir ensemble des stratégies de lutte. Sidya Touré souhaite l’implication de tous les guinéens dans cette lutte. « Je dis aux guinéens de faire attention. La Cour Constitutionnelle c’est la clé de voûte de nos institutions ».
En attendant les concertations entre les partis politiques de l’opposition, les organisations de la société civile, nombreux sont ceux qui pensent que le chef de l’État a violé la loi en confirmant Mohamed Lamine Bangoura alors que Kéléfa Sall n’est  pour le moment déclaré coupable de quoi que ce soit même si des soupçons pèsent lui et que cela risque de créer des troubles dans les prochains jours.
Mamadou Bhoye Bah