Sur 120 000 personnes vivant avec le VIH,seulement 48 575 sont sous traitement ( MSF-G)

La conférence des donateurs du Fond mondial contre le VIH-Sida, la tuberculose et la malaria s’ouvre dans quelques heures en France. En marge de cette rencontre, Médecin Sans Frontière Guinée (MSF) a animé un point de presse à Conakry ce mardi. Confronté à un manque de financement MSFG tire la sonnette d’alarme sur les dangers liés à ces pathologies qui gagnent du terrain alors que des ruptures d’approvisionnement en médicaments antirétroviraux (ARV) sont réelles.

« Sur les 120 000  personnes vivant avec le VIH, seuls 48 575 ont été mis sous traitement. Cela signifie qu’on est autour de 40 % de mise sous traitement et les 60% autres sont hors de traitement. C’est dire qu’il y a un risque de recrudescence de la maladie. En 2018, on parlait de 6 400 nouvelles infections liées au VIH par an, aujourd’hui nous en sommes à 7 200 », a indiqué Christine Bimansha, la coordinatrice du projet VIH de MSF à Conakry.   

 Entre 2010 et 2016, l’incidence du VIH en Guinée n’a diminué que de 5 %, alors que l’Afrique de l’ouest et centrale enregistraient une baisse de 12 % selon Arnaud Badinier, le chef de mission de MSF basé à Conakry. La Guinée a donc du chemin à faire dans la lutte contre ces maladies.

Bhoye Bah