La France remet au Sénégal un sabre chargé d’histoire

Edouard Philippe a remis à Macky Sall le sabre d’El Hadj Omar Tall, une très belle pièce de fer, de laiton, de cuivre, de cuir et de bois avec son étui faisant partie des collections du Musée de l’armée à Paris.

S’il ne s’agit pas encore à proprement parler d’une restitution, ce geste en est « la première étape », a dit le Premier ministre français au cours d’une cérémonie à la présidence sénégalaise.

« Le sabre qui nous réunit ici est (…) celui d’un grand conquérant, celui d’un guide spirituel, le sabre d’un fondateur d’empire, l’empire toucouleur qui comprenait la Guinée, le Mali, le Sénégal actuel, c’est le sabre d’un érudit », a-t-il M. Philippe en présence des descendants de l’ancien propriétaire.

La France et le Sénégal ont signé une convention prévoyant le dépôt du sabre au Musée des civilisations noires de Dakar pour cinq ans.

Cet accord a été signé en attendant que soit rédigée en France une loi sur la restitution proprement dite.

Le sabre se trouve déjà depuis plusieurs mois au musée de Dakar sous la forme d’un prêt.

El Hadj Omar Tall, le propriétaire du sabre, fut un érudit musulman et guide de l’importante confrérie des tidjanes.

Il combattu les troupes françaises de 1857 à 1859 avant de signer un traité de paix avec eux en 1860.

Selon des historiens sénégalais, il disparut mystérieusement dans les falaises de Bandiagara (Mali) en 1864.

Son fils Ahmadou (1836-1897) lui succéda et fut vaincu par les Français en avril 1893 à Bandiagara. C’est là que les Français s’emparèrent du sabre, à la lame de fabrication française et au pommeau en forme de bec d’oiseau.

Les colons français ont également emporté des livres d’El Hadj Omar Tall, a déclaré à BBC Afrique El Hadj Mamadou Mactar Thiam, un descendant de l’érudit musulman. « Ils ont tout pris, y compris sa bibliothèque, à Ségou. J’espère qu’on va nous rendre tous nos livres qui sont là-bas, en France », a ajouté M. Thiam.

Lire la suite sur bbcafrique.com