ACCÉLÉRER LES RÉALISATIONS DE L’ODD 7 AU SOUTIEN DE L’AGENDA 2030 POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

                    ALLOCUTION DU PRESIDENT

S.E. le Pr. Alpha Condé, Président de la République de Guinée, Coordinateur des
Energies Renouvelables en Afrique, et Président du conseil d’administration de
l’Initiative de l’Afrique sur les Energies Renouvelables (AREI) a été invité le Lundi 16
juillet 2018 au Forum de Haut Niveau sur les Objectifs de Développement Durable,
comme conférencier principal sur l’accélération de la réalisation de l’Objectif N°7
(accès à l’énergie) de l’Agenda 2030 pour le développement durable.
A l’entame de ses propos, le Président a tenu à adresser ses vifs remerciements
aux organisateurs et à leur signifer son engagement fort à échanger avec eux sur
les avancées de la mise en œuvre de l’Objectif 7 de l’Agenda 2030 sur le Continent
africain. Il a rappelé que près d’un milliard d’individus n’avaient pas accès à ce
droit élémentaire qu’est l’énergie pour vivre normalement, et donc, que l’atteinte
des objectifs du développement durable à l’horizon 2030 et de l’Accord Climatique
sur le changement climatique étaient essentiels pour assurer monde plus juste et
équitable.
Conscients de cette réalité les Chefs d’Etat Africains ont décidé de parler d’une
seule voix en 2015 à Paris, lors de la COP 21 en lançant l’Initiative de l’Afrique
sur les Énergies Renouvelables (AREI) : un efort sans précédent, et probablement
l’une des plus grandes entreprises conçue par le Continent et pour le Continent.
L’AREI ambitionne de faciliter l’addition à partir des sources d’énergies
renouvelables d’un minimum de 10 Giga Watts d’ici 2020 et 300 Giga Watts à
l’horizon 2030. Bénéfciant d’un soutien sans faille de l’Union Européenne et des
pays du G7 depuis son lancement, elle est la clé qui permettra d’atteindre les
objectifs au développement durable de l’Afrique.
Avec cette initiative l’Afrique prouve qu’elle ofre à sa jeunesse, à ses hommes et
ses femmes la clé d’un avenir meilleur. Elle démontre également son leadership
dans la lutte pour le développement durable et contre le dérèglement climatique,
tout en encourageant les autres à prendre leurs responsabilités et à accroître leur
ambition.
Le Président a informé l’audience que le conseil d’administration de l’AREI avait
déjà approuvé initialement 24 programmes et projets d’investissementprioritaires
pour attribution, avec une capacité de production totale attendue de 1,7 GW, pour
un total de 4 Milliards d’Euro d’investissements prévus. Ces investissements ont été
préparés et proposés avec l’appui de plusieurs partenaires techniques et fnanciers
notamment ; l’Union Européenne, l’Agence Française de Développement (AFD), le
Groupe KfW, la Banque Européenne d’Investissement (BEI), la Banque Africaine
de Développement (BAD). Les appels d’ofres de la majorité de ces projets sont
en cours.
Il a aussi ajouté que l’Unité Indépendante de Mise en œuvre, le bras technique de
l’AREI avait déjà compilé une liste de plus de 450 projets d’énergies renouvelables
totalisant une puissance de près de 50 GW, soit 5 fois l’objectif initial, de 10 GW
additionnelles à l’horizon 2020. Ce portefeuille sera accessible sur une plateforme
d’ici septembre afn de fournir aux pays et aux entreprises privées une vue
d’ensemble facilement accessible des projets potentiels, planifés et en cours en
Afrique. Il faudrait toutefois les évaluer avec soin par rapport aux critères de l’AREI
afn de déterminer lesquels pourraient être promus par l’AREI.
D’ici la fn de l’été, les 5 régions (Nord, Ouest, Centre, Est, Sud) du Continent
auront tenu leurs premières consultations afn de travailler à une feuille de
route précise devant lever les barrières et créer les conditions nécessaires à
une opérationnalisation appropriée de leur portefeuille de projets. Le conseil
d’administration qu’il préside, prendra ensuite les mesures idoines pour accélérer
la mise en œuvre comme il se doit. Enfn il a souligné l’importance d’impliquer tant
le secteur privé (national et international) que le e secteur public à travers des
partenariats public-privé gagnant-gagnant.
S.E. le Pr. Alpha Condé a présenté l’expérience de la Guinée, qui a mis en place ce
principe pour un méga projet dans l’énergie, le barrage de Kaleta avec ses 240 MGW
et 446 millions de dollars d’investissements ; réalisé en 3 ans, ce partenariat public
privé reste un modèle dans le domaine et il est convaincu que cette approche
est aisément applicable pour des projets plus modestes. Par conséquent pour
le Président, il est évident que le développement du Continent pour atteindre
l’indépendance énergétique, clé du développement, passera par ce type de
partenariat ; que l’Union Européenne a d’ailleurs compris en créant son fonds
d’investissements pour le secteur privé dont le premier thème d’investissement
est l’énergie.
Finalement S.E. le Pr. Alpha Condé a insisté sur la priorité absolue d’atteindre les
objectifs du développement durable fxés d’ici à 2030 afn de construire ensemble
l’avenir de nos peuples. Il a souligné l’importance de prendre collectivement les
décisions politiques justes et équitables nécessaires pour apporter de l’espoir et
éradiquer le besoin actuel pour les jeunes Africains de fuir leur Continent à la
recherche d’une vie meilleure.
Il a terminé en invitant le reste du monde à rejoindre le Continent afn de coconstruire
une Afrique plus résiliente face au changement climatique et plus que
jamais déterminée à relever le déf d’un accès accéléré et universel à l’énergie
pour atteindre les objectifs au développement durable fixés.

                SOURCE: http://www.arei.org/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :