Affaire Paul Moussa Diawara : tiraillement autour du rapport d’audit de l’expert-comptable

Après trois renvois, le procès de L’ex directeur de l’Office Guinéen de Publicité (OGP) a démarré au tribunal correctionnel de Kaloum, ce mercredi 25 juillet 2018. Paul Moussa Diawara relevé de ses fonctions pour malversation financières a comparu pendant plus de sept heures dans une ambiance parfois électrique. Les 14 milliards recouvrés auprès des sociétés de téléphonie au compte des taxes et redevances dont une bonne partie reste sans traces selon la partie civile, ont dominé les débats. Le prévenu nie les faits de détournements de deniers publics et estime que le rapport de l’audit qui l’incrimine n’est pas authentique.
Au sortir de l’audience, les avocats de la défense n’ont pas manqué de mettre en cause la qualité du rapport fait par un certain Kain Magassouba, expert-comptable indépendant qui incrimine leur client. « Nous n’accordons aucun crédit à ce rapport » ont-il réitéré avant de poursuivre « la question qu’on se pose, est-ce que cet expert avait la qualité pour faire un quelconque audit de cette société dès lors qu’au regard même des statuts de la société, il y a des commissaires au compte qui sont chargés de veiller au fonctionnement et à la gestion de la société ? Nous avons constaté que cet expert n’a pratiquement bénéficié d’aucun acte de nomination. Il semble même qu’il aurait été nommé verbalement. Donc, nous en concluons qu’il s’agit d’une personne qui a certainement été nommée par copinage pour venir dresser n’importe quel rapport. Et, ce rapport a servi de base pour la saisine du tribunal » ont déploré les avocats de Paul Moussa Diawara.
Après avoir mis en cause le rapport de l’expert indépendant, la défense a sollicité auprès du président du tribunal une contre-expertise de l’audit effectué par Kain Magassouba. « Parce qu’en la matière, même si c’est le tribunal qui avait demandé une expertise, les avocats des parties ont la possibilité de demander une contre-expertise ou un complément d’informations », a déclaré Me Mohamed Traoré du collectif des avocats de Paul Moussa Diawara.

De son coté, Me Lanciné Sylla, de la partie civile, pense que le rapport de l’expert ne souffre d’aucun reproche. Parlant des 14 milliards représentant des redevances et taxes recouvrées auprès des sociétés de téléphonie, dont seulement 600 millions GNF, ont été reversés sur le compte de l’OGP, les explications du prévenu pour justifier cette différence n’ont pas convaincu la partie civile. « Les arguments avancés par l’accusé pour justifier la destination de ces montants sont incohérents. C’est pareil pour ce qu’il qualifie des montants retenus à la source ». 17 milliards, pour des frais de voyages de formation du personnel, tant en Guinée, qu’à l’extérieur, c’est une autre somme également indiquée dans le même rapport. Mais toujours pour la partie civile, l’accusé n’a aucune preuve qui prouve que ces voyages ont eu lieu.
Les deux parties ont demandé la comparution de Kain Magassouba, pour la manifestation de la vérité. Quant à la comparution d’autres personnes comme Bantama Sow, ex président du conseil d’administration de l’OGP et la directrice général adjointe de l’OGP, demandée par la défense, la partie civile estime que c’est inopportun.
Quoi qu’il en soit, le tribunal va se prononcer sur ces demandes, lundi 30 juillet 2018, date de la prochaine audience.
 

Mamadou Bhoye Bah
  Tel 655 81 45 34

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :