Grèves des enseignants: les élèves encore dans la rue ce lundi à Conakry

Alors que certains syndicalistes avaient annoncé hier soir la suspension de la grève, celle-ci semble maintenue à la demande de celui qui est considéré comme le cerveau de ce mouvement qui a débuté le 13 novembre dernier, Aboubacar Soumah. Plusieurs enseignants n’ont pas répondu à l’appel à la reprise effective des cours ce lundi 04 décembre lancé par certains membres du SLECG à Conakry. 

Frustrés de ce manque de professeurs dans les classes, les élèves ont investi les rues de Conakry pour manifester leur mécontentement. Un peu partout à travers la ville, les jeunes ont manifesté perturbant par endroit la circulation notamment sur l’axe Cosa-Hamdallaye. Des échanges de jets de pierres contre gaz lacrymogène entre manifestants et forces de l’ordre ont caractérisé la journée. Le député uninominal de Siguiri a fait les frais de ces manifestations. Il a été attaqué par un groupe de manifestants près du palais du peuple alors qu’il se rendait au travail. Certains citoyens n’ont pas pu se rendre au travail alors que d’autres ont vu les vitres de leurs véhicules cassées.

Pour l’heure, aucune négociation n’est engagée entre le gouvernement et les syndicalistes. Chaque camp campe sur sa position. Le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a réitéré à l’hémicycle que la grève en cours est sauvage, sans fondement légale.

Depuis sa cachette, Aboubacar Soumah a confié qu’il est prêt à négocier avec le gouvernement. Mais pour le moment, il demande aux parents d’élèves de retenir leurs enfants à la maison et aux enseignants de poursuivre la grève.

Mamadou Bhoye Bah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :