Menu

Guinée : une commission vérité, justice et réconciliation mise en place

l’atelier national d’appropriation et de validation technique de l’avant-projet de loi portant création, mandat, composition, organisation et fonctionnement d’une Commission Vérité, Justice et Réconciliation a été clôturé ce vendredi 14 avril 2017 dans un réceptif hôtelier de la place.

L’une des recommandations de la Commission Provisoire de réflexion sur la Réconciliation Nationale (CPRN) vient d’être mise en place. Il s’agit de l’avant-projet de loi portant création, mandat, composition, organisation et fonctionnement d’une Commission Vérité, Justice et Réconciliation

Plusieurs personnalités ont marqué leur présence comme, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, l’ambassadrice de la Sierre Léone en Guinée, le représentant du haut-commissariat des nations unies en Guinée et tant d’autres.  

représentant du haut commissariat des nations unies

« Durant ses trois jours, vous avez eu l’occasion d’examiner les expériences d’autres pays qui vous ont certainement permis d’avoir une idée globale sur les enjeux et les défis liés à un tel processus, et vous avez eu l’opportunité de réunir des réflexions approfondies sur la pertinence d’une commission vérité, notamment ses compétences, son organisation par rapport au contexte de votre pays, car chaque pays à sa façon de s’adapter.  A travers vos contributions de qualité, visant à améliorer cet avant-projet de loi, vous vous êtes certainement rendu compte des rôles que le pouvoir ainsi que la société civile peuvent jouer dans l’accompagnement d’un processus de justice traditionnelle », a précisé le représentant du haut-commissariat des nations unies en Guinée.

yéro baldé, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique

Par ailleurs, le Ministre Abdoulaye Yéro Baldé a dans son allocution salué le courage des victimes des évènements douloureux qui ne s’arrêtent de se poser des questions.  Il a tout de même rassuré que la réflexion continuera au sein de la primature et du conseil des ministres afin que le texte soit soumis à l’assemblée nationale guinéenne.

Amadou Barry  

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*