Menu

La déclaration du parquet général irrite des politiques

La classe politique également dénonce la sortie du parquet général de Conakry. Pour Mouctar Diallo pas question de faire table rase sur les violences faites aux membres de son parti. Il entend saisir la justice guinéenne pour que lumière soit faite sur les violences. Philomène Bangoura.

La déclaration du parquet général irrite des politiques. Pour le président des NFD l’opposition a, au total enregistrée 80 cas de décès. Lors des récentes manifestations, les membres de son parti auraient essuyé des tirs des forces de l’ordre. Selon Mouctar Diallo, si la declaration du parquet général de Conakry met en doute l’utilisation des armes à feu par les services de sécurités, alors les 80 personnes qui ont été tuées, ont trouvé la mort des suites de quoi se demande-t-il ? Des preuves existent pourtant indique le député par ce que des balles ont été extraites des corps des victimes par des médecins. Le leader de Nouvelles Forces Démocratiques n’est pas allé des mains mortes pour dénoncer la corruption qui gangrène l’appareil judiciaire. Pour mouctar Diallo nombreux sont des magistrats qui sont corrompus et qui sont à la solde du pouvoir, même s’il y en a d’autres sur qui on peut compter dans le pays pour dire le droit. Le président des nouvelles forces démocratiques ne va pas s’arrêter là. Il compte déposer un recours en justice pourque les auteurs des faits soient jugés et punis à la hauteur de leur forfaiture.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*