Neuvième vendredi de manifestation en Algérie: la rue maintient la pression

Les Algériens sont de nouveau descendus dans la rue ce vendredi 19 avril, jour de la grande prière hebdomadaire dans les pays musulmans. Cette semaine encore, ils ont pourtant obtenu la démission du président du Conseil constitutionnel, le numéro 3 de l’État. Quant au chef d’état-major, il s’en est directement pris à l’ancien chef des services de renseignement, l’accusant de conspirer contre la transition.

Dans la capitale, des centaines de milliers de personnes ont manifesté sans incident. Les accès à la ville avaient été bloqués par la gendarmerie et dans le centre d’Alger, la police a empêché l’accès au tunnel des facultés, qui est devenu un lieu emblématique des manifestations. Mais qui est aussi l’endroit où il y a eu des blessés la semaine dernière après des mouvements de foule provoqués par l’utilisation de gaz lacrymogène par la police.

Dans les rangs des manifestants, les pancartes montrent que les positions n’ont pas bougé. Ceux qui protestent estiment que le pouvoir revient au peuple et qu’il faut l’écouter. On peut voir, par exemple, ces slogans : « Le peuple veut qu’ils s’en aillent tous », « C’est notre pays et on fait ce que l’on veut ».

Contre la consultation proposée par Bensalah

Certains manifestants rejettent par ailleurs l’initiative lancée par le président par intérim, Abdelkader Bensalah, qui réunit des partis d’opposition et des membres de la société civile pour une grande consultation lundi prochain. D’autres demandent à ce que des personnalités politiques soient jugées, notamment sur les affaires de corruption.

Il y a également ces réactions aux différentes formes de violence de la part des forces de l’ordre cette semaine. Sur la rue Didouche, une énorme pancarte a été déroulée en référence aux manifestantes forcées de se dénuder dans un commissariat. Il y était écrit « la femme algérienne est jolie, intelligente et forte, alors c’est une honte ce que vous avez fait à nos sœurs ».

Avec la mobilisation de ce vendredi, il semble que cette semaine encore, les autorités n’ont pas convaincu les manifestants. Il faut donc s’attendre à ce que la mobilisation se poursuive.

Anniversaire du Printemps noir

Ce vendredi est aussi l’anniversaire de la mobilisation en Kabylie en 2001, un soulèvement suivi d’une répression. Cette répression avait fait plus de 120 morts. C’est ce que l’on appelle le « Printemps noir ». Des affiches ont été collées tout autour de la Grande Poste, des portraits des gens qui sont décédés à cette période.

Ces affiches rappellent que le 18 avril 2001, un jeune homme est tué par une rafale d’arme à feu dans une brigade de gendarmerie près de Tizi Ouzou. S’ensuivent des violences mais aussi une très importante mobilisation populaire pour obtenir le respect des droits et des libertés. Une mobilisation qui ne réussit pas, et en deux mois 127 personnes sont tuées par les forces de l’ordre.

Source:rfi.fr

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :