Menu

Retard des élections : « les opposants sont en partie responsables »

Le président du Conseil Régional des Organisations de la Société Civile, Abdoul SACKO a réagi ce mercredi 19 avril 2017 au micro d’espacefmguinee.info sur la menace de l’opposition républicaine de reprendre les meetings et manifestations de rues.

Pour le président du Conseil Régional des Organisations de la Société Civile, les opposants sont en partie responsables, de ce qui arrive  aujourd’hui à la Guinée.

Les dernières élections locales en Guinée, remontent en 2005. Abdoul Sacko pointe du doigt  la mauvaise foi du pouvoir en place. Pour lui, il est impératif d’organiser ces élections cette année.

Au sortir d’un conclave ce mardi, l’opposition républicaine à travers son porte-parole a dénoncé la gabegie financière et le détournement des deniers publics. Pour cet acteur de la société civile, les opposants cautionnent cette gestion calamiteuse des biens publics.

Pour inverser cette tendance, et amorcer un développement socio-économique durable, Abdoul SACKO appelle les adversaires d’Alpha CONDE à une prise de conscience.

Selon le président du Conseil Régional des Organisations de la Société Civile, des tractations sont en cours au niveau de la société civile guinéenne, pour appeler les citoyens à une désobéissance à l’égard des délégations spéciales qui ne sont dit-il, ni légales ni légitimes.

Amadou Barry et Kaly Sow