Visites des anciens présidents : Le message à faire passer est clair ( Par Jacques)

Les anciens présidents en Guinée. Le message à faire passer est clair. Il n’y a pas à se demander pourquoi sont-ils reçus au palais présidentiel. Alpha est au centre de toutes les attentions. Président guinéen, devenu incontournable pour les problèmes épineux dans la sous-région, il fait bien de recevoir les anciens dirigeants d’hier pour certainement deux choses.
La première, les écouter. Il faut bien que le piroguier national en manque de pagaie, patriarche depuis quelques jours, sache s’ils vont bien. Il faut qu’il comprenne s’ils se portent bien depuis qu’ils ont quitté les palais de la République de Dakar et de l’Elysée. Wade et Sarkozy ont déjà fait 7 ans sans signer un seul décret, ni présider un conseil des ministres et Hollande, 2 ans seulement. La vie après la présidence, les deux anciens dirigeants français ont animé des conférences payantes à l’étranger. Sarkozy est même revenu diriger son parti. Il a Perdu les primaires des républicains en 2017 et depuis il répond régulièrement aux convocations des juges. C’est sa vie après la présidence. Tous les jours, les africains ont envie de savoir un peu plus, sur ses relations avec Kadhafi. Sa visite annoncée pour la première fois de sa vie en Guinée suscite beaucoup d’interrogations. Des amis de Sarkozy en Afrique, sont plutôt au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Congo Brazzaville et au Gabon.
Hollande, le soldat du sahel, sauveur attitré du Mali est à la tête de la fondation, la France s’engage. C’est la sienne. Avec elle, il compte financer les projets innovants. Mais il ne s’éloigne pas de la vie politique, puisqu’il prend souvent la parole sur des questions d’actualités comme son prédécesseur avant sa seconde retraite annoncée en 2017. C’est d’autant plus vrai que sa récente tournée en Afrique de l’ouest lui a permis de rencontrer des amis encore au pouvoir. IBK n’oubliera jamais que l’ancien secrétaire général du parti socialiste a sauvé son pouvoir des rebelles et terroristes maliens. Alpha Condé reconnaîtra toujours son amitié. Il est l’un des rares de l’occident sinon le seul à visiter la Guinée en pleine crise d’Ebola. Rien n’est donc étonnant.
Abdoulaye Wade livre depuis 2012 la bataille de son fils. Il aime. Il l’a éduqué et veut l’amener au palais. L’âge pèse sur lui mais il se montre davantage déterminé à se battre. C’est sûrement sa visite qui pourrait avoir beaucoup de sens dans les semaines et mois à venir. Alpha réussit une médiation en silence et obtient pour le Sénégal une présidentielle calme. La campagne électorale a montré son côté violent, mais tout s’apaise. Macky Sall semble maîtriser la situation jusqu’ici. Plus aucun doute, Karim Wade ne succèdera pas à l’élève de son père maintenant. Il est loin de Dakar. Loin pour mener des actions, donner des directives et continuer à se faire une place dans l’arène politique sénégalaise.
Condé et Wade aurait discuté d’une possibilité de voir le fils prodige à qui ses compatriotes reprochent de ne pas parler Wolof, débarquer à Conakry. Un asile politique, s’il venait à lui être accordé, pourrait s’avérer le plus stratégique pour lui et pour le patriarche de Conakry qui est loin de s’entendre avec l’actuel président du Sénégal. Alpha n’apprécie pas que ce dernier veille bien souvent accueillir ses opposants. Tout va se savoir.

Par Jacques Lewa Leno

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :